Description qualitative d'un univers et déduction quantitative en logique du premier ordre.


Guy étant professionnellement un mathématicien, et ayant longtemps utilisé l'informatique pour son travail, est resté intéressé par les deux après avoir quité le CNRS.

Au début des années 80, avant l'hégémonie du PC, il a commencé à explorer les possibilités des calculatrices programmables Texas Instruments puis Casio (fx-7000G), puis des ordinateurs Sinclair, le QL en particulier.

Cet intérêt l'a conduit à se pencher sur les questions d'intelligence artificielle, et de systèmes experts, par exemple Mycin, célèbre à l'époque.

Il a rapidement compris les limites des systèmes disponibles, et s'est attaqué au sujet avec une hardiesse qui a laissé froids ses rares interlocuteurs universitaires du domaine, comme par exempleJean-Louis Laurière à Paris 6.

Il a alors conçu un système lui paraissant conceptuellement supérieur, donc la description est dans le document ci-joint, et l'a implémenté sur son ordinateur de l'époque, à savoir sa chère calculette programmable Casio fx-7000G, 200 grammes pochette comprise... que j'ai encore et qui contient peut-être même ces programmes.

Je n'ai aucune idée de l'intérêt actuel de ce programme, mais je me souviens de deux choses : d'abord il devait le laisser tourner des jours entiers pour que le programme tire à loisir les conséquences des propositions qu'il soumettait à sa "réflexion", ensuite il faisait la remarque que la machine devait recevoir une implémentation de la notion d'objectif personnel si on voulait éviter une production explosive de déductions sans intérêts, même à partir d'un ensemble initial de propositions assez réduit.

Si le sujet vous intéresse, lisez l'article (qui n'a jamais été publié), et éventuellement contactez-moi.

Un public potentiel serait un étudiant en intelligence artificielle qui voudrait réimplémenter la méthode décrite. Si vous le faites, signalez-le moi !

Le document est disponible ici en pdf (24 pages).

En voici les résumés en français et en anglais :

On explique l'objet et ses propriétés par une théorie dualiste inspirée des empiristes classiques et de Kant. Cette théorie facilite la mise en équations des propositions de la logique classique. Il en résulte une description mathématique de l'univers du discours, dont on tire les conséquences en résolvant les équations correspondantes. Dans la plupart des cas, ces descriptions sont incomplètes et conduisent à des systèmes dégénérés. On montre comment en tirer néanmoins des conclusions précises. La méthode a beaucoup d'application en intelligence artificielle.

The object and its properties are explained with a dualistic theory derived from classical empiricism and Kant. This theory makes it easier to translate the propositions of classical logic into numerical equations. A mathematical description of the discourse's universes follows, from which we draw consequences by solving the attached equations. These descriptions are most often incomplete, and lead to systems which are degenerated, but they can nevertheless give precise conclusions. This method can be very useful in Artificial Intelligence.